• Orientation-Insertion,

Eve Panis, Chargée de mission Copropirété

Mis à jour le 16 juin 2016

Après un Master 2 Droit Immobilier, Construction, Urbanisme obtenu en 2011, Eve Panis est aujourd'hui chargée de mission Copropriété à l'Agence Départementale d’Information sur le Logement.

Quel métier exercez-vous et en quoi consiste votre mission ?

J’ai intégré le service juridique de l’ADIL31 en avril 2015 après avoir rencontré Mme Kheira HEDDAR au tremplin pour l’emploi en janvier 2015. Le poste de juriste permet de délivrer un conseil gratuit, objectif et indépendant relatif au logement. Les consultants peuvent nous solliciter :

  • Lors de nos permanences téléphoniques
  • Par mail
  • Sur RDV

Nous conseillons le public à la recherche d’une information juridique précise et détaillée sur le droit immobilier :

  • Rapports locatifs (locataires, bailleurs, habitat indigne, logement social)
  • Propriété (copropriété, fiscalité, vente, amélioration de l’habitat)
  • Accession (aspects juridiques et plans de financements)

Suite à son départ de l’ADIL31, je remplace Mme HEDDAR au poste de chargée de mission Copropriété depuis le début du mois de novembre. Cette mission se décompose en plusieurs points :

  • L’ADIL31 intervient aux côtés de Toulouse Métropole lors d’actions curatives dans le cadre d’Opérations Programmées pour l’Amélioration de l’Habitat (OPAH) en accompagnant plusieurs copropriétés en difficultés, notamment sur le recouvrement des impayés en appui aux syndics
  • L’Agence intervient  lors d’actions préventives dans le cadre de « Ma Copro Bouge », dispositif initié par l’ADIL31 et porté par Toulouse Métropole permettant à 4 copropriétés de bénéficier d’un accompagnement annuel qui, à travers la poursuite d’objectifs personnalisés, vise à l’amélioration de la gouvernance.
  • L’ADIL31 est un partenaire du Club des Conseils Syndicaux 31, association ayant pour but principal de fédérer les conseils syndicaux des copropriétés adhérentes pour un partage d’expérience. L’ADIL31 intervient notamment dans le cadre des formations mensuelles dispensées aux membres.
  • Par ailleurs, l’ADIL31 organise des formations à l’attention des professionnels (syndics-agents immobiliers) mais également des formations destinées à tout public pour aborder en détails les évolutions législatives et règlementaires récentes relatives au droit Immobilier.  

 Quelles sont les particularités du secteur d’activité dans lequel vous travaillez ?

Les enjeux relatifs au secteur de l’immobilier, et plus précisément celui de la copropriété, sont multiples. Ils s’inscrivent dans une évolution législative et règlementaire continue.

Notre rôle est donc d’apporter des informations juridiques concrètes aux copropriétaires ainsi qu’aux professionnels. Il est important de souligner que le contact avec le public est constant, que celui-ci soit composé de consultants ou de partenaires professionnels.

Par ailleurs, le parc de copropriétés sur lequel l’ADIL31 intervient de manière renforcée est vieillissant, parfois peu entretenu. Il peut également présenter un décalage par rapport au marché immobilier actuel.

Quelles sont les qualités requises pour exercer votre métier ?

Une base théorique est nécessaire mais une pratique déjà acquise est essentielle. Une capacité à travailler en autonomie avec réactivité, rapidité et efficacité. Une curiosité juridique, une pédagogie, une aisance en public, une compréhension juste et claire des enjeux sont requises. Une capacité d’organisation, de polyvalence, d’analyse, de synthèse et de rédaction sont nécessaires.  

Que vous a apporté votre formation dans votre parcours professionnel ?

Tous les postes que j’ai occupés étaient basés sur la pratique immobilière, ma formation universitaire m’a apporté les connaissances nécessaires à cette pratique. Mon poste actuel nécessite, de par sa grande technicité, de détenir un diplôme Master II en droit Immobilier.

Par ailleurs, ma formation en Droit m’a apporté une rapidité de compréhension, d’exécution et une facilité à appréhender les nombreuses évolutions législatives. Mes expériences professionnelles m’ont apporté une capacité de travail en autonomie.

Quels conseils donneriez-vous à un(e) étudiant(e) issu(e) de votre formation ?

L’université apporte une base théorique riche et essentielle, mais la mise en pratique de l’ensemble des connaissances est nécessaire.

Il est par ailleurs difficile de savoir, sans l’avoir pratiquée, si une profession peut correspondre à ses attentes, son caractère et ses perspectives. Il est donc nécessaire de réaliser des stages pour découvrir les aspects pratiques d’un métier.

Je n’oublie pas une phrase citée par un intervenant professionnel dans le cadre de mon Master II « il faut s’accrocher, ne jamais lâcher, ne serait ce qu’une seconde ».