• Recherche,

Samppa Suoniemi reçoit une bourse Marie-Curie 2015 pour ses travaux post-doctorat sur le Big Data

du 1 juin 2015 au 1 juillet 2015

Samppa Suoniemi, jeune chercheur finlandais, a reçu une bourse Marie-Curie de l’Union Européenne pour un projet de recherche original au sein du Centre de Recherche en Management de Toulouse.

Les "Big Data" : un investissement profitable ?

" Les entreprises européennes pourraient sensiblement améliorer leurs performances en tirant davantage parti des " big datas ", ces données disponibles sur les comportements des consommateurs. Mais la mise en place de ce nouveau marketing ne va pas de soi. Il nécessite des compétences très pointues et complémentaires et un cadre légal adapté. En étudiant les usages actuels, notamment aux Etats-Unis, nous pouvons repérer les conditions du succès de ces démarches», explique Samppa Suoniemi. "

Docteur de l’université de Turku en Finlande, depuis 2013, le jeune chercheur vient d’obtenir une bourse européenne Marie Curie pour poursuivre ses travaux au sein du Centre de Recherche en Management de Toulouse pendant une durée de deux ans, auprès du professeur de marketing Lars Meyer-Waarden.

" Le financement de 170 000€ reçu de l’Union Européenne va nous permettre de comparer les pratiques d’entreprises françaises et américaines dans plusieurs secteurs économiques ", précise Samppa Suonimi.

Quel intérêt pour les PME ?
 
" Les investissements en matière d’infrastructures technologiques ne doivent pas être sous-estimés ", affirme dès à présent le jeune chercheur. Les ressources humaines sont également une variable clé. On manque de professionnels correctement formés. " Le recours aux big data induit par ailleurs un vrai changement de paradigme en matière de management. Dans les entreprises classiques, les décisions naissent souvent de l’expérience et des intuitions des dirigeants. Piloter en se basant sur les données nécessite une certaine humilité ", dit-il

" La question de fond est aussi de savoir jusqu’à quel point parier sur ces big datas est aujourd’hui un pari profitable. De grandes multinationales comme Coca-Cola ou Kellogs, traquent les consommateurs dans les hypermarchés grâce aux cartes de fidélité et à des capteurs placés dans les rayons. Elles achètent aussi à des entreprises comme Google ou à Facebook des données sur les comportements des internautes et déterminent leur politique marketing en fonction des informations ainsi collectées. Nous allons étudier ce que les entreprises de taille moyenne peuvent espérer de tels investissements ", expose Samppa Suoniemi.

 
Mis à jour le 8 février 2017