Vous êtes ici : Accueil > Université > Présentation > Histoire

Histoire de la manufacture

Mis à jour le 17 novembre 2017

Bien que la Manufacture ne date que du siècle dernier, l'activité agricole,  artisanale ou industrielle autour du tabac est présente dans la région toulousaine depuis bien plus longtemps. En effet, la culture de cette plante a été introduite dans la vallée de la Garonne dès le XVIIe siècle.

 

A partir de 1674, le monopole de la vente du tabac fut réservé au Roi seul et confié à la Ferme Générale qui gérait la production, la fabrication et la vente de "l'herbe à Nicot". A Toulouse, cette ferme était installée dans des ateliers rue de la Pomme.

La manufacture de la rue de la Pomme prospéra jusqu'à la Révolution. Le monopole de la Ferme qui était très critiqué, fut supprimé en 1791 : la liberté complète de culture, de fabrication et de vente du tabac en France fut alors instaurée. Cette liberté d'entreprise, très favorable à l'industrie du tabac à Toulouse, permit la mise en place de six fabriques privées dans la ville rose qui connut alors un brillant essor.

Les origines de la Manufacture d'Etat datent de l'année 1810 lorsque Napoléon Ier rétablit le monopole de l'Etat sur l'achat des feuilles, la culture, la fabrication et la vente des tabacs. Une manufacture fut alors installée dans l'ancien couvent des Bénédictins. Ce bâtiment, précédemment occupé par la filature Boyer Fonfrède, se trouvait quai de la Daurade. En 1821, de nouveaux ateliers s'ajoutèrent à ce premier établissement, notamment pour le rapâge de la poudre. Ils se situaient dans la zone d'activité du Bazacle, au bord de la Garonne, afin d'utiliser l'énergie hydraulique nécessaire aux activités mécanisées.

Au cours du XIXe siècle, la manufacture fut donc divisée en deux bâtiments totalement distincts. Pour des raisons de commodité, on décida de construire une nouvelle manufacture au Bazacle afin que toute la production soit concentrée en un même endroit. C'est donc en s'appuyant sur un bâtiment déjà existant que fut édifié, entre 1888 et 1894, la manufacture que nous connaissons actuellement. Toute l'activité autour du tabac fut alors située au Bazacle - aujourd'hui Ecole des Beaux-Arts.

Le rôle de la manufacture, dans l'histoire de Toulouse, a été très important. Jusqu'en 1914, et avant l'implantation de l'industrie aéronautique dans la région, elle fut la plus grande entreprise de la ville et aussi le principal employeur : presque deux mille personnes, principalement des femmes, faisaient ainsi de Toulouse la deuxième manufacture de France après celle de Paris. Grâce à elle, toute la région était approvisionnée en produits couramment consommés : cigarettes, cigares, poudre à priser, scaferlattis...

La production, réalisée au départ à la pièce et à la main, fut mécanisée tout particulièrement pendant l'entre-deux-guerres. Les bâtiments s'adaptèrent sans trop de difficultés à ces changements mais la décision de fermer l'usine, prise vers 1963, releva plus des conséquences de la suppression des barrières douanières entre les pays membres du Marché Commun que d'une quelconque inadaptation. En juin 1979, l'usine livra à la consommation ses dernières "cigarettes sans papiers", les cigarillos Ninas. La manufacture garda encore une activité administrative pendant quelque temps mais en 1987, elle fut définitivement fermée.

C'est alors que commença une bataille acharnée autour de la manufacture. Dans un premier temps, il fut décidé de vendre le terrain à des promoteurs afin que les locaux soient rasés et que de nouveaux immeubles soient construits à cet emplacement. Or, sous l'impulsion de Toulousains très motivés et désireux de voir l'ancienne usine non pas détruite mais réutilisée, l'Association pour la Sauvegarde de la Manufacture des Tabacs fut constituée. Expositions, manifestations, pétitions... furent organisées pour mobiliser l'opinion en faveur de la conservation du bâtiment qui appartenait à l'histoire industrielle et sociale de Toulouse, et dont la qualité architecturale était absolument indéniable. On imagina donc une restructuration des bâtiments comme cela s'était déjà vu pour la manufacture de Nantes transformée en logements sociaux, ou pour celle d'Aix en Provence qui abrite aujourd'hui une bibliothèque.

Malgré les incendies criminels et les dégradations tous les jours plus nombreuses, l'Association pour la Sauvegarde de la Manufacture des Tabacs réussit grâce à sa persévérance, à faire prévaloir son projet. Le Ministre de la Culture, enfin convaincu, décida de classer la toiture et les façades de la manufacture parmi les monuments historiques de la Région. La manufacture était sauvée de la démolition et sa destination à un usage universitaire allait lui donner une nouvelle vie. La ville de Toulouse, propriétaire des lieux, cédait les bâtiments au Ministère des Universités qui les affectait à l'Université des Sciences Sociales. Dans le cadre du programme "Université 2000", et avec le soutien financier du Conseil Régional de Midi-Pyrénées, les travaux de restauration et d'aménagement furent aussitôt entrepris.

La Manufacture des Tabacs est donc venue agrandir le site de l'Université des Sciences Sociales et accueille depuis quelques unités de recherche et leurs étudiants. Les travaux étaient presque achevés pour la rentrée 1996.

Zoom sur l'histoire de la Manufacture

Le tabac: produits et fabrication

L'histoire du petit jardin

Les commandements de la rose


Pour faire un lien, saisissez l'adresse complète du site web (http://www.siteweb.fr) ou du mail.


écoutez le mot à saisir