• Culture,

Oktobre

Mis à jour le 6 novembre 2013

Que les trucages de magie soient extrêmement bluffants ou parfois volontairement à vue, le propos est là, et reste le même. Il est nécessaire pour les personnages de produire des images qui ne fassent pas partie de l’imaginaire fantastique collectif, afin de déplacer réellement le spectateur hors de ses références confortables.

Mise en scène de Florent Bergal

La peur, la mélancolie, l’excès sont omniprésents. La douceur aussi, la douceur aussi. Lamaladresse est la preuve de leur inadaptation… La magie celle de leur disponibilité au possible. Des états d’âme particuliers dessinés par une technique de cirque de haut niveau. Le surréalisme omniprésent inquiète et intrigue.Un univers sans les lois du réel telles le temps, la gravité, le son, la vie, la mort. Un univers sans lois humaines telles la moralité, la politesse, Un monde de vitesse, de contorsions, de douleur, de risque, d’équilibre, de manipulation. La magie est un médium fascinant très présent dans ce spectacle. Grâce à elle, les actions et les sentiments basculent dans une autre dimension. Elle permet de tordre le réel comme un contorsionniste disloque son corps. En l’occurrence très visuelle, elle permet au spectateur d’accède à la logique imaginaire des personnages. Il n’est pas anormal pour eux de se tuer, ou d’échanger de voix entre eux, ni de manger tout le mobilier, ou changer de costume en une demi seconde, changer de coiffure selon leurs état d’âme, casser une chaise sur quelqu’un… .

 
pictogramme_basiqueTarifs réduits pour le personnel et les étudiants d'UT1
Plus d'informations ici