Vous êtes ici : Accueil > Campus > Art et culture > Mémoire vive
  • Culture,

BU - Rencontre / Conférence avec Etienne BALIBAR

le 18 avril 2011

L’Europe : suite et fin ?

Cette conférence est organisée dans le cadre du cycle de rencontres  2010/2011 :
PHILOSOPHES DANS LA CITE "
organisé par le Service Commun de Documentation de l'Université de Toulouse 1,
avec le soutien du service Communication de l'Université.

Etienne Balibar
Etienne Balibar est l'un des philosophes français les plus marquants de sa génération dans le champ de la philosophie politique et morale.

Né en 1942, ancien élève de l'Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie et docteur d'Etat, Etienne Balibar a suivi, à l'ENS, les enseignements de Georges Canguilhem et de Louis Althusser.

De 1969 à 1994, il enseigne à l'université de Paris I-Sorbonne puis, à partir de 1994, à l'université de Paris X-Nanterre. Parallèlement, il est invité à enseigner dans plusieurs universités américaines - Cornell University, Irvine University of California, Columbia New York University, Harvard University, ... - ou européennes : universités de Naples, Urbino, Modène (Italie), université de Bielefeld (Allemagne). Il a aussi animé des séminaires au sein des universités de Tel Aviv, Canberra, New Delhi, Mexico et Buenos Aires.

Depuis sa thèse, qui portait sur la philosophie de l'histoire, Etienne Balibar interroge les diverses philosophies politiques : le marxisme, le spinozisme, la philosophie des droits de l'homme, ...  Avec Louis Althusser, et ses camarades Pierre Macherey, Jacques Rancière et Roger Establet, il a participé, en 1965, à la rédaction de Lire le Capital, ouvrage qui a marqué toute une génération de philosophes. Plus tard, il participe à la traduction des manuscrits de Marx, et traduit Wittgenstein, Locke et Antonio Negri.
 

Philosophe engagé, il associe monde théorique et arène publique, politique nationale et politique mondiale ; à ce titre, il a pris position récemment dans la presse sur les questions de citoyenneté, la colonisation, le concept d'« identité nationale », etc. 

Dans son numéro de printemps 2010, la revue Vacarme décrivait ainsi Etienne Balibar :

« Étienne Balibar, c'est cet intellectuel qui ouvre des espaces inédits de contestation de l'ordre établi. Un passeur d'engagements au sens le plus plein : rappelant sans relâche mais à hauteur d'homme et de citoyen, sans leçon et sans surplomb, ouvrant grand la porte à la critique ce qui exige notre engagement, comment s'y engager, et au nom de quoi. Des Palestiniens aux révoltés iraniens, des Algériens aux sans-papiers, un fidèle et infatigable gardien du possible. »

Parmi ses essais les plus récents, on peut citer Europe, Constitution, Frontière (Passant, 2005), Très loin et tout près (Bayard, 2007), La proposition de l'égaliberté (PUF, 2010).

Au cours des dernières années, Etienne Balibar s'est exprimé à plusieurs reprises sur l'Europe politique et son devenir : en 2002, à l'invitation de l'université Humboldt de  Berlin, il prononce une conférence remarquée : « l'Europe : une médiation évanouissante » ; en mai 2010, il publie dans The Guardian une longue tribune : « Europe is a dead political project ».

Les éditions « Au bord de l'eau » vont prochainement éditer son essai : L'Europe : suite et fin ? Cet essai à venir sera au centre de sa conférence du 18 avril.
 
En collaboration avec la librairie Ombres Blanches (Toulouse).
Mis à jour le 31 janvier 2014