Vous êtes ici : Accueil > Campus > Art et culture > Agendas > Par type > Professionnels
  • Culture,

Exposition : "Peindre dans la guerre", peintures d'Aram Nabeel Qas

du 2 octobre 2017 au 22 décembre 2017

du lundi au vendredi, de 9h à 20h (Bibliothèque universitaire de la Manufacture), de 9h à 22h (Bibliothèque universitaire de l'Arsenal)
les samedis, de 9h30 à 17h30

Originaire de Qaraqosh (Irak), Aram Nabil Qas, né en 1989, a étudié la peinture à l’Institut des Beaux-Arts et à l’université de Mossoul, où il a obtenu son diplôme de fin d’études avec la mention "très bien". Au cours de ses études, il s’est particulièrement intéressé à trois grandes figures de l’art irakien : le sculpteur Jawad Saleem (1920-1961), fondateur de l’école d’art moderne de Bagdad, le peintre Najib Younis (1930-2007), et le peintre Sami Lalo.

Talent très vite reconnu, Aram Nabil Qas a participé à plus de vingt expositions à Qaraqosh, Bagdad, Mossoul, Erbil, Souleimaniya et Ankawa, et a reçu de nombreuses commandes, notamment de l’UNESCO. Parallèlement, il a été nommé professeur de dessin à l’Institut des Beaux-Arts de Mossoul.

Sous la menace de Daech, Aram Nabil Qas a dû fuir sa région à deux reprises. Il est arrivé en France avec sa famille en février 2016, et a obtenu le statut de réfugié.

De nombreuses œuvres d’Aram Nabil Qas ont été détruites ; celles qui ont pu être épargnées sont conservées au Centre culturel d’Erbil.
On peut voir des œuvres d’Aram Nabil Qas à Paris, en Suède, en Italie, et au Liban.


Les mots de l’artiste

"Mes peintures reflètent l'environnement fertile dans lequel j'ai vécu. Elles sont imprégnées de la réalité de mon pays, passées et présentes.
La peinture est pour moi un langage riche, chargé de sensualité ; il exprime la conscience de l'artiste, et réfléchit d'une manière ou d'une autre la mémoire des lieux qu’il habite.
Pour moi, le réalisme en peinture signifie que l’artiste dessine le monde à mesure qu’il le perçoit, et en retranscrit les détails. L'art, pris dans sa globalité, s’attache aussi à la réalité sociale de l'homme, en particulier chez les humbles, ceux qui sont touchés par la pauvreté, l'ignorance, l'injustice et la maladie.
Dessiner, c'est traduire les pensées de l'âme. Toute personne traduit ses pensées et son état mental d'une façon ou d'une autre : ce peut être par le dessin, le jeu, le chant, ou toute autre expression.

Avec cette exposition, je veux dire aussi mon attachement à la France, le pays des droits de l’homme : un pays de paix, de sécurité, porteur d’avenir et d’espoir. Il représente pour moi une aube nouvelle : j’y ai retrouvé mes droits humains, la sécurité et la sérénité… La France, c’est une mère affectueuse.
La France, c’est aussi le pays de l’art et de la beauté - et je crois que les Français n’en ont pas toujours conscience !
Je présente à la France et aux Français mes plus profonds remerciements et mon extrême gratitude."
 

Entrée libre et gratuite

Contact :
Marcel Marty - Mission Action culturelle des bibliothèques de l'universté :
Mis à jour le 26 septembre 2017