• Recherche,

"Castelnaudary au temps de Catherine de Médicis, comtesse de Lauragais: approche sociale et économique d'une ville présidiale du Languedoc au XVIe siècle" ouvrage de Henry Ricalens

le 16 décembre 1999

Ouvrage disponible et directement en vente au Service des Presses de l'Université Toulouse 1 Capitole
Site de la Manufacture bureau MA003, 21 Allée de Brienne, 31000 TOULOUSE

La vie de Catherine de Médicis, qui avait hérité de sa mère le comté de Lauragais, s'inscrit dans l'histoire des Valois-Angoulême. Née quatre ans après l'avènement de François Ier, elle s'éteignit dans les premiers jours de 1589, quelques mois avant l'assassinat d'Henri III, le dernier de ses trois fils ayant régné sur la France.

Elle couvre une période d'interrogations et de troubles qui s'ouvre, en 1517, avec la diffusion des quatre-vingt-quinze propositions de Luther, annonciatrices de sa rupture avec Rome et des guerres de religion qui, à partir des années 1560, ensanglantèrent le royaume.

Le Lauragais ne fut pas épargné par ces affrontements fratricides, pas plus qu'il n'échappa aux épisodes pesteux qui traversèrent ce siècle. Castelnaudary, capitale du comté, était une petite ville du royaume : peut-être quelque cinq mille habitants à la fin du XVIe siècle, moins sans doute au sortir du Moyen-Age.

Les délibérations de l'assemblée consulaire invitent à pénétrer dans la cité, à en parcourir les rues et les places, à se pencher sur les questions qui occupaient ses édiles : entretien des chemins et des remparts, aménagements urbains, administration de la justice, défense jalouse des privilèges de la ville, réglementation de l'activité économique, dispositions prises en temps de guerre et lors des épidémies pesteuses.

Avec les contrats de mariage et les testaments, les minutiers des notaires introduisent dans l'intimité des habitants ; avec les contrats d'apprentissage, ils apportent de précieuses informations sur les métiers alors pratiqués. Les multiples transactions ayant fait l'objet d'un acte authentique instruisent sur le prix des immeubles, des produits de la terre et de ceux de l'artisanat.

C'est avec ces outils que l'auteur s'est attaché à reconstituer, autant que faire se pouvait, le quotidien de la cité. Henry Ricalens, docteur en histoire, a notamment publié, aux Presses de l'Institut d'Etudes Politiques de Toulouse, une étude économique et sociale sur Moissac du début du règne de Louis XIII à la fin de l'Ancien Régime.

Table des matières

Prix de vente : 22,86 €

Partenaires :
Editeur : PRESSES DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE 1
Références : ISBN 2-903847-65-7
Source : Format 16 x 24, 333 pages
Contact :
Geneviève. DAHAN :
Mis à jour le 10 février 2017